Skip to content

07/04/2020 : pourquoi faire un blog ?

En voilà une bonne question… Le fait est que nous vivons dans une époque moderne où tout va très vite. D’ailleurs, il faut bien reconnaître que les réseaux sociaux nous ont conduit à acquérir de nouveaux réflexes : je vois un post, je lis un peu et je clique si j’aime. Et hop ! Au suivant. On consomme les posts FB, Twitter and Co comme des chips sorties d’un paquet. Miam / clic / miam / clic / miam / clic. And so on… Bon, je ne critique pas car j’ai tendance à faire pareil. C’est comme dans le métro où tout le monde court dans les couloirs, tu te mets rapidement à trotter même si tu n’es pas pressé. Les réseaux sociaux nous ont clairement rendu boulimiques de tout et de n’importe quoi. Et je suis, comme tout le monde, embringué dans cette spirale infernale. Merde.

Alors, pourquoi un blog ? Et bien, justement, pour tenter de m’extraire un peu de cette dynamique à la con. Tenir un blog, c’est prendre son temps, penser à ce qu’on va écrire, communiquer de manière plus réfléchie. En tant qu’auteur, c’est probablement la manière la plus adaptée pour promouvoir mes textes. Enfin, dans l’idéal car, dans les faits, il est clair qu’il n’y aura pas grand monde pour fréquenter ce lieu : pas beaucoup d’images et des textes un peu longs, voilà un truc bien dissuasif pour les adeptes des réseaux sociaux. Pas même une petite vidéo (encore que je peux en mettre si je veux !). Ceci dit, je ne raconte pas ça pour faire pleurer Margot, ou attirer le chaland, d’autant que j’ai déjà tenu un blog pendant plus de 5 ans (dans le cadre d’une activité autre que la zique et la littérature), et j’avait quand même plus de 500.000 visites au compteur (pour 307 articles) lorsque je l’ai mis en sommeil. Sans parler des commentaires : plus de 10.000, on se serait cru sur FB ! La rédaction et la modération étaient devenus un quasi job à temps complet. En fait, le « succès » de ce blog provenait vraisemblablement de son contenu assez littéraire (déjà), dans un cadre pourtant  technique (l’électronique). J’avais d’ailleurs écris pas mal de mini-romans que je sortais par épisodes, des textes assez humoristiques qui brocardaient le microcosme à qui je m’adressais (environ 20.000 personnes en france). J’avais aussi des lecteurs un peu partout dans le monde (les points rouges). Beaucoup de français vivant à l’étranger… mais pas que !

Oui, le fonctionnement d’un blog qui tourne bien, je connais.

Mais ce ne sera pas la même chose avec celui-ci. Trop de texte, peu d’images, rien de drôle et pas de chats qui font les cons… Si j’ajoute le captcha obligatoire pour commenter, je pense que c’est un château fort que j’ai bâti 😉 Un truc bien dissuasif. De toute façon, le créneau littéraire n’est pas porteur : tout le monde écrit – ou pense qu’il pourrait le faire. Dès lors, ça ne fait rêver personne. Beaucoup moins, en tout cas, qu’une fille qui balance des balles de ping pong avec sa chatte. Là, y’a du like…

Je fais ça essentiellement pour moi, je crois, afin de dire ce que je veux sans craindre la censure facebookienne. Le plaisir de mettre, si j’en ai envie, des photos de nichons… Bon, ce seront sans doute les seuls du blog, mais ça fait du bien de pouvoir le faire !

Et sans doute aussi pour les « petits » éditeurs locaux qui se défoncent pour sortir des livres vaille que vaille. Black-out, par exemple. Parce que, sans eux, il n’y a pas beaucoup de gens qui connaitraient le plaisir d’être publié.

Allez, confinez bien !

 

Published inBooks

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*