Skip to content

14/04/2020 : des cons finement élevés…

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai regardé hier soir not’ bon président, un verre de Chablis à la main (avec la pub que je leurs fait depuis quelques temps, j’espère recevoir prochainement une caisse de mon vin blanc préféré !). Je n’en attendais pas grand chose et je n’ai pas été déçu. Quand même, j’ai du mal à comprendre les tenants et aboutissants de cette histoire… Une phrase m’a particulièrement choqué : « généraliser les tests n’aurait aucun sens« . Pas vous ? Je croyais naïvement que tester tout le monde permettrait de laisser sortir tous ceux qui ont déjà eu cette cochonnerie et sont donc, a priori, immunisés. Et détecter les malades a-symptomatiques (je ne sais pas si ça s’écrit comme ça et j’ai la flemme de vérifier) pour les confiner afin qu’ils ne propagent pas le truc. Et filer des masques et des gants à ceux qui n’entrent dans aucune des deux catégories précitées afin de les protéger…

J’attendais aussi que not’ bon président annonce la remise en route (nationalisation ?) des usines spécialisées dans la fabrications de masques, de gel hydro machin… Une amorce de re-localisation de la production des produits importants pour nous. Y ahora mismo !

Mais non. En fait, j’ai le sentiment que c’est la stratégie de la roulette russe qui a été choisie. On va continuer à se fournir chez les chinois pour le matériel (le ministre des finances se dévouera bien pour leur tailler une petite pipe histoire d’avoir du rab’), et la sélection naturelle fera le reste pour les malades, l’essentiel étant que les hôpitaux restent en capacité de recevoir les malades graves. Dieu finira bien par reconnaître les siens… C’est probablement ce que pensent les scientifiques de haut vol qui conseillent not’ bon président. Des scientifiques de haut vol dont je me demande parfois si ils n’ont pas été formés à l’école du Pr Pellerin (vous savez, celui qui disait que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté à la frontière…). Comme je l’ai lu sur FB, j’espère que ce ne sont pas les mêmes qui s’occupent de la sécurité nucléaire…

Pour être honnête, il y en a par contre un qui ne m’a pas du tout déçu : Geoffroy Roux de Bezieux (on visualise bien le type issu d’un milieu modeste, le brave gars bien vaillant qui s’est extrait d’une médiocre condition familiale à la force du poignet). Je peux même dire qu’il était exactement là où je l’attendais… Gageons qu’il a plein de bonnes idées pour le monde d’après qui risque fort d’être le même qu’avant. En pire si c’est possible.

Mais revenons à la vocation initiale de ce blog : mes travaux d’écriture. J’aurais pu penser que cette période de confinement serait idéale pour écrire la suite de tout ce que j’ai initié. Et bien non, pas du tout. Le pire est que je ne sais même pas pourquoi… A moins que je ne sois un citoyen modèle qui confine même son inspiration ?

Une bonne nouvelle, quand même, dans la grisaille de ces jours ensoleillés : le texte que j’ai écrit pour La clarté sombre des réverbères  (« Je sors peu »), a été retenu par Jacques Flament, et figurera donc au sommaire du prochain numéro. Yessssssss.

J’ai proposé un autre texte (« 150 kilos de bonheur ») à la revue Violences, mais je ne sais pas si il sera retenu, la ligne éditoriale étant généralement assez « hard ». Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si on y croise des pointures du genre. Christophe Siebert par exemple.

Et la zique, dans tout ça ? Pas de concerts (évidemment), ni de répétitions (re-évidemment). Dire que ça me manque est un euphémisme. Je me console en travaillant régulièrement tous les morceaux de Salut les Keupons (25 titres), et ceux de Lust 4 Dust (11 titres). J’ai tendance à oublier assez facilement ce que je dois faire, et il faut donc que j’en bouffe chaque semaine pour rester opérationnel 😉 Il faudra aussi que je bosse les riffs qu’Arnaud a pondu il y a peu, ça semble très prometteurs pour un 12ème titre de L4D ! Voyez (et écoutez) par vous-même :

Bien, je sors cet après-midi… dans mon jardin. Et j’ai bien conscience que c’est un luxe…

Prenez soin de vous !

 

Published inBooksZique

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*