Skip to content

Mois : décembre 2020

26/12/2020 : Fragments de nuit, inutiles et mal écrits (4&5)

                                       Richard Palachak

                Fragments de nuit, inutiles et mal écrits

                                                   Saison 4

                                                                                  Les Bohémiens

Dans ces fragments, les mots slaves sont orthographiés pour être adaptés à une prononciation française

Fragment 4

De retour en France, j’attaque illico la saison des vernissages et des publis. C’est la rentrée littéraire et l’habitonge est de charrier de la COM à tour de bras. Lors d’une séance de dédicaces au cœur d’une rhumerie « sélect » administrée par une copine à la cool, j’me fais berner par un seau de rhum à l’allure inoffensive.

Leave a Comment

09/12/2020 : Fragments de nuit, inutiles et mal écrits (3)…

Les Fragments de nuit, inutiles et mal écrits

de Richard Palachak

(Saison 4)

                                      Les Bohémiens

                                      fragment 3

 

« Un malingrot piètre et dégénéré ramène sa fraise. Il agrippe une misérable boutanche en plastoc et deux verres à flotte. Et mon Boris cuisine le pov’type histoire de savoir s’il y a eu des évasions en son absence. RAS. Pas un fagot n’a décarré. Satisfait, le patron le somme de remplir nos godets. Le claquedent s’exécute en tremblant comme de la gelée de coing dégradée. Deux seuls mots à la bouche : « oui maître. » A vent de cul, Boris lui dit de dégager puis il se plonge dans l’océan du net. Il enchaîne les chansons tziganes sur Youtube, y allant de son couplet tel un aveugle écorché. Au bout d’une heure de rossignolage, il marque une pause et me lance :

Leave a Comment

02/12/2020 : Fragments de nuit, inutiles et mal écrits (2)

Fragments de nuit, inutiles et mal écrits (saison 4)

« Les Bohémiens »

Fragment 2

                          Richard Palachak

Une heure s’écoule en un claquement de fesses à refaire le monde et raconter nos vies. Le gars s’appelle Boris et n’en revient pas de rencontrer un écrivain français. On dirait qu’une poule a trouvé une brosse à dents. Faut qu’y me présente à ses potes, autrement dit tous les patrons de bars et de restos de Sènètse. Et la suite est sans surprise pour un habitué des pays slaves. Je grimpe à l’arrière du tricycle et pars faire le tour des boutiques du village à nouba.

Leave a Comment